Le projet

 

 

Pour enseigner sa discipline, Roger LE COADOU, directeur technique du Judo Club BERNANOS, se réfère aux théories du « plus grand samouraï de tous les temps », Musashi. »On ne peut pas laisser évoluer les jeunes par eux-mêmes, professe-t-il, sinon les défauts apparaissent et les qualités disparaissent. Il faut leur donner une discipline dès le départ et l’assouplir par la suite, car le dialogue n’est possible que lorsque l’éducation est faite. En cela, le sport est un excellent facteur d’intégration car il oblige les enfants à se plier à des règles qui sont indispensables pour entrer dans la vie active et collective. Le judo apprend la ténacité, la courtoisie et le respect de l’autre ».

Outre les qualités physiques qu’il développe (souplesse, force, agilité, résistance et vitesse), le judo oblige également à réfléchir pour comprendre et assimiler rapidement les différentes et nombreuses techniques. Il forme l’esprit de décision, et développe ou modère la combativité selon les besoins de chacun. « C’est une véritable rééducation mentale et physique, poursuit, Roger LE COADOU. D’ailleurs, très souvent, lorsque les résultats sont bons au club, les résultats scolaires suivent ».

Fondé en 1968 par le président René Coty, le Judo club BERNANOS est une affaire de famille. Roger LE COADOU est aidé dans sa tâche par quelques bénévoles et deux de ses enfants, Carole et Mikaël, professeur de Judo et de Sambo, sport alliant les techniques de lutte et de judo. Quant aux « anciens » du club, ils y amènent volontiers leurs enfants. « Signe qu’ils sont satisfaits », souligne Roger LE COADOU.

Cet article a été écrit par Françoise Jahan, rédactrice au mensuel « Océanes » du Havre. Nous l’avons choisi car il nous semble dépeindre l’état d’esprit du club…

 

Aujourd’hui le trio fondateur du Foyer Georges Bernanos; Mrs René Coty, Roland Marre et Roger Le Coadou, n’est plus parmi nous pour continuer à nous guider mais les valeurs qu’ils ont voulu nous inculquer sont toujours présentes. Nous voulons continuer à répondre à différents objectifs : transmettre la passion du Judo, le développement et le rayonnement de leur Club, participer à « l’Education citoyenne » des jeunes pratiquants et contribuer à leur épanouissement physique et mental par la pratique de ce noble Art.

 

Le projet d’un voyage au Japon est né d’un rêve et d’un constat. Le Japon est le berceau du judo et aller sur place et fouler de ses pieds les plus prestigieux tatamis est un rêve partagé par la plupart d’entre nous. Si tout judoka rêve du Japon, il doit constater que le Judo s’éloigne parfois des valeurs traditionnels que le fondateur Jigoro Kano voulait transmettre à travers son art. Si la compétition reste un passage obligatoire, la promotion des valeurs morales ne doit pas s’effacer devant la recherche exclusive des titres et des médailles.

Au club, depuis sa création nous avons été imprégné de cet état d’esprit et il nous a semblé évident de remonter aux sources de notre discipline au cours d’un voyage au Japon.

Au-delà d’un voyage « initiatique », le projet vise aussi à développer le travail en commun et l’investissement d’un groupe, hétérogène dans l’âge et le niveau de pratique mais homogène dans la passion, à organiser et financer un projet ambitieux et mettre tout en œuvre pour pouvoir le finaliser.

 

Librarians are using pinterest to pay people to write essays showcase new books and materials that arrive examine here for more information at the library

Laisser un commentaire